Une étude objective le bénéfice sur la longévité

Old people - Wikimedia - Photo: Thomas Leuthard
Old people, Wikimedia commons, photo: Thomas Leuthard

Une étude objective le bénéfice sur la longévité 
L’adhésion au régime méditérranéen associé à la préservation des télomères
Abonnés 04/12/2014

Un effet antioxydant et anti-inflammatoire – PHANIE

Les études observationnelles qui ont établi un lien entre la diète méditerranéenne et la réduction de la mortalité, l’incidence des maladies chroniques et des décès cardiovasculaires, sont déjà nombreuses. Une nouvelle pierre vient d’être apportée à l’édifice, par une étude qui l’associe à un allongement de l’espérance de vie objectivée par la longueur moyenne des télomères des leucocytes.

Dans une étude publiée mercredi dans le « BMJ », le Dr Marta Crous-Bou et ses collègues de l’école médicale de Harvard, ont examiné le lien entre le régime alimentaire méditérranéen et la longueur des télomères, considéré comme un marqueur biologique du vieillissement. Les auteurs ont conclu, à partir d’un échantillon de 4 676 femmes en bonne santé recrutées au sein de la cohorte de la Nurses’ Health Study (NHS), que la longueur moyenne des télomères, et donc l’espérance de vie, était plus importante chez celles qui suivent ce type de régime.
Fruits, légumes, céréales et une rasade d’huile d’olive

Le régime méditerranéen se caractérise par une alimentation riche en fruits, légumes, noix, céréales, avec beaucoup d’huile d’olive, une faible présence en acides gras saturés et une faible mais régulière consommation d’alcool.
Les chercheurs ont mesuré la longueur des télomères dans les leucocytes de ces volontaires à l’aide d’une PCR quantitative. Ils ont également établi un score d’adhésion à la diète méditérranéene à l’aide d’un questionnaire comptant 61 questions sur la fréquence de consommation de plusieurs aliments. Dans le cadre de leur participation à la NHS, les infirmières de l’étude ont en effet rempli ce questionnaire en 1980, 1984, 1986 et tous les quatre ans jusqu’à maintenant. Sur la base des réponses, les auteurs ont construit une échelle à neuf points : un score de 0 correspondant à la plus mauvaise adhésion au régime méditerranéen et un score de 9 à la meilleure. Cinq groupes de femmes ont ainsi été constitués, correspondant à des scores inférieurs ou égaux à deux, égaux à trois, quatre, cinq ou supérieurs ou égaux à 6.
Pas d’influence des autres facteurs
Pour chaque groupe, les auteurs ont calculé le carré de la différence entre la longueur moyenne des télomères et celle d’un groupe de référence. Pour les femmes du groupe ayant la plus mauvaise adhésion au régime méditerranéen (score inférieur ou égal à 2), cette valeur ajustée pour l’âge est de -0,038, alors qu’elle est de 0,072 dans le groupe ayant le meilleur score d’adhésion (score supérieur ou égal à 6). Cette différence est statistiquement significative.
Ces résultats ont été ajustés en fonction d’autres facteurs influençant la longueur des télomères : le tabagisme, l’indice de masse corporelle et l’activité physique. La différence entre les longueurs moyennes de télomères reste statistiquement significative entre les deux groupes.
Une combinaison d’aliments
En procédant à un calcul similaire, mais en ne prenant cette fois en compte qu’un seul des aliments clés du régime méditerranéen à la fois, les auteurs ne sont jamais parvenus à obtenir une différence significative en termes de longueur de télomères. Étudiés indépendamment les uns des autres, une forte consommation de fruit, de légumes ou de céréales n’avait donc pas d’impact sur l’espérance de vie. Seule une combinaison de plusieurs aliments y parvenait.
Pour expliquer ce phénomène, les chercheurs rappellent que les fruits, les légumes et les noix sont connus pour leur effet antioxydant et anti-inflammatoire, or le stress oxydant et les processus inflammatoires accélèrent le raccourcissement des télomères.
Damien Coulomb

Marta Crous-Bou et al, Mediterranean diet and telomere length in Nurses’Health Study : population based cohort sudy, The BMJ, publication du 3 décembre 2014
Retour haut de page

Les Commentaires | 2 commentaires

Le 04/12/2014 à 15h44
Profession : Médecin
« Une étude intéressante, que fait une liaison entre diète méditerranée et les télomères de leucocytes comme marqueur du vieillissement. Le régime Méditerranée est caractérisé par une faible présence en acides gras insaturés ??? A mon avis, une faible présence par acides gras saturés ! Les auteurs supposent que les antioxydants expliquent les effets bienfaisants du régime Méditerranée. Explications alternative : Il est bien connu que l’apport faible en glucosides, épargne l’insuline et diminue le risque de la résistance de l’insuline. Un taux faible en insuline sanguin est lié avec un ralentissement de l’apoptos et une espérance de vie prolongé. Le même constat avec un régime hypocalorique. Dr SCHNITTGER. » Lire la suite
• répondre
Le 04/12/2014 à 16h30
C’est corrigé. Il fallait bien sûr lire « une faible présence en acides gras saturés ». Merci de votre vigilance et pour l’hypothèse que vous proposez. La rédaction.
• répondre

About the Author

Agneta Schnittger
Agneta Schnittger, Med Dr, med svensk specialistutbildning i gynekologi och obstetrik samt fransk vidareutbildning i nutrition och diabeteskunskap på medicinska fakulteten, universitetet i Montpellier.

Be the first to comment on "Une étude objective le bénéfice sur la longévité"

Leave a Reply